More Website Templates @ TemplateMonster.com - January15, 2013!

Poèmes

Mon petit chat

J’ai un petit chat,
Petit comme ça.

Je l’appelle Orange

Je ne sais pourquoi,

Jamais il ne mange

Ni souris, ni rats.

C’est un chat étrange

Aimant le nougat

 Et le chocolat.

C’est pour cela,

Dit tante Solange,

Qu’il ne grandit pas.

Maurice Carême

Maurice Carême, Mon petit chat
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Car%C3%AAme

Chanson du chat

Chat, chat, chat,

Chat noir, chat blanc, chat gris

Charmant chat couché

Chat, chat, chat,

N’entends-tu pas les souris

Danser à trois des entrechats

Sur le plancher ?

Le bourgeois ronfle dans son lit,

De son bonnet de coton coiffé,

Et la lune regarde à la vitre.

Dansez, souris, dansez jolies,

Dansez vite

En remuant vos fines queues de fées.

Dansez sans musique tout à votre aise,

A pas menus et drus

Au clair de lune qui vient de se lever,

Courez; les sergents de ville dans la rue

Font les cent pas sur le pavé;

Et tous les chats du vieux Paris

Dorment sur leurs chaises,

Chats blancs, chats noirs ou chats gris.

Tristan Klingsor, Florilège poétique
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tristan_Klingsor

La java des pussy-cats

Sur un vieux toit en zingue

Y avait des pussy-cats

Qui dansaient comme des dingues

En f’sant du bruit avec leurs pattes.

Alertés, les voisingues

S »écriaient ça n’a rien d’bath

Y a d’quoi dev’nir sourdingue

On peut plus travailler ses maths

Le matou du marchand d’volailles

Une sardine en bandoulière

Avait enlacé par la taille

La chatte de la cuisinière

Chacun faisait du gringue

A la siamoise de l’épicier

C’était un vrai dancingue

A tout l’monde ils cassaient les pieds

Au bout d’une demi-plombe

Ecoeurés par ce raffut

Les flics s’amènent en trombe

En faisant tourner leurs massues

Et c’est une hécatombe

Les ardoises volent en éclats

On aurait cru des bombes

Mais y avait déjà plus un chat

Réfugiés au fond d’une cave

Les pussy-cats pas dégonflés

Sirotant d’l’alcool de betterave

S’étaient mis à gambiller

Toute la nuit ils dansèrent

En usant des kilos d’savates

Pour leur anniversaire

La java des pussy-cats

Boris Vian, La java des pussy-cats
https://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Vian

Les souvenirs

Il siège au coin du feu, les paupières mi-closes,

Aspirant la chaleur du brasier qui s’éteint;

La bouilloire bouillonne avec des bruits d’étain;

Le bois flambe, noircit, s’effile en charbons roses.

Le royal exilé prend de sublimes poses;

Il allonge son nez sur ses pieds de satin;

Il s’endort, il échappe au stupide destin,

A l’irrémédiable écroulement des choses.

Les siècles en son coeur ont épaissi leur nuit,

Mais au fond de son coeur, inextinguible, luit

Comme un flambeau sacré, son rêve héréditaire:

Un soir d’or, le déclin empourpré du soleil,

Des fûts noirs de palmiers sur l’horizon vermeil,

Un grand fleuve qui roule entre deux murs de terre.

Hippolyte Taine, Les souvenirs
https://fr.wikipedia.org/wiki/Hippolyte_Taine